Y a-t-il une lueur d'espoir dans ce monde chaotique ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Padern Lockerbie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Padern Lockerbie
Mangemort | Waiter Pliiiiiiiiz !
avatar

Date d'inscription : 20/01/2008
Féminin Nombre de messages : 361
Age : 28
Localisation : non, j'suis pas là!
Humeur : entre dans une douce folie
Animal de compagnie : un (toussotement) chat : Brownie

.:. Feuille du sorcier .:.
Camp: Mangemort
Patronus: Un corbeau
Relationships:
MessageSujet: Padern Lockerbie   Ven 17 Juil - 12:17



I. Identité

    Nom, Prénom(s) : Lockerbie, Padern
    Date de Naissance, Age : 23/11/1970, 29 ans
    Lieu de Résidence : Il vit dans le chateau Lockerbie au milieu d'une forêt dense d'Ecosse, relié par une armoire a disparaitre au chemin de traverse.


II. Informations complémentaires

    Composition de la Baguette : elle mesure 30cm est en bois de chaîne et contient un crain de licorne.
    Camps : Le mal, bien que le coeur n'y soit plus, le tatouage reste.
    Profession: Cuisinier et propriétaire du restaurant de son domaine, à coté de cela il lui arrive d'écrire pour la gazette.
    Don particulier : Outres ses aptitudes exceptionnelles a réaliser des sortilèges et son don pour les sarcasmes, Padern peut surtout être citer comme étant un illusionniste de tallent.



III. HJ - Vous

    Age : 20
    Niveau en Rp : Bon
    Présence /7 : 5/7
    Code du Réglement : {Deatheaters}
    Comment nous avez-vous connus ? Par Renate Dowe mais ça remonte a très loin à présent.
    Personne sur votre avatar ? James McAvoy


    Rp de Présentation

    La nuit n'était pas encore tombée sur les lointaines contrées d'Écosse que déjà le ciel était noir. Une tempête s'approchait, avec ses fort vents et ses pluies torrentielle. Le château blanc se détachait visiblement du décor sombre, droit, fort, dressé ainsi depuis de nombreuses génération. La fenêtre de la 5éme bibliothèque claqua avec fracas sous l'effet du vent, suffisamment fort pour se faire entendre du propriétaire des lieux, tranquillement installé dans un fauteuil au premier étage. Il posa la journal qu'il était en train de lire lentement, regrettant de devoir laisser là cette critique si intéressante portant sur son propre restaurant. Par quelques gestes empressés mais précis, il se mis sur pieds et traversa le couloir qui le séparait de la source de la perturbation. En passant devant une glace monumentale posée contre le mur, il ne pue s'empêcher de s'observer. Son visage pâle d'écossais typique, surmontés de cheveux bruns en bataille, dotés de nombreux reflets de couleurs différentes, donnant toute sa profondeur à la couleur. Ses sourcilles particulièrement mobiles, plantés là au milieu d'un front lisse, surmontant des yeux a la couleur glaciale dénués en cet instant là de toute expression. Sa bouche se dessinait parmi la barbe de trois jours en un trait vague. Il avait l'air fatigué, et cette vision ne lui plus guère. Alors en continuant sa marche lente dans le couloir, il remis un peu d'ordre dans sa tenu, il lissa son habituelle chemise sous son pull en laine soyeux, avant d'ajuster le tout à son pantalon sombre. Il fini par arriver devant une porte close, par où de l'air semblait filtrer. Il joua de l'épaule pour pouvoir rentrer dans la pièce et se retrouva face a un réel carnage. Des livres étaient tombés de toute part, jonchant ça et là le sol aux tapis précieux de cette bibliothèque. Alors qu'il les ramassait les uns après les autres, formant une pile sur le bureau voisin, il tomba sur un ouvrage particulier. La curiosité étant quelque chose de particulièrement développée chez lui, il arrêta ce qu'il était en train de faire et alla prendre place dans le fauteuil de la pièce, juste sous la fenêtre, sans prendre soin de faire ce pour quoi il était venu : la fermer.

    Ses grands yeux pâles parcoururent cette couverture vierge d'inscription, et il retint son souffle comme un enfant au moment d'ouvrir la première page. Un livre de photos souvenirs, appartenant certainement à ses parents. Ils étaient là, devant ses yeux, à lui faire de petits signes de la main. Il les avait presque oubliés, oui, dans ses souvenirs, leurs visages étaient flous, rien a voir avec ce qui s'étalait là sous ses yeux. Son cœur fût alors violemment compressé par l'émotion. Il les revoyait, eux qui étaient morts assassinés il y a tellement d'années, lui qui n'avait jamais eu d'explication a cette mort soudaine, le laissant orphelin a seulement treize ans. Il tourna pages après pages, se régalant de toutes ses photos. Apparemment lui n'était pas encore né. C'est alors que soudain il apparu. Il se tenait au centre d'une photo, les mains derrière le dos, à se balancer légèrement de droite a gauche, comme intimidé par quelque chose. L'homme approcha son visage de cette photo, de cette trace de l'enfant qu'il avait été. Il ne parvint pas a cacher son sourire. Des souvenirs lui revenaient. Il n'était pas timide, il se savait juste différent, déjà a cette époque. Motivé par toute autre chose que tous ceux qu'il avait put rencontrer. Lui ne voulait pas jouer, se salir ou quoi que se soit d'autre, lui voulait apprendre, oui il était doué pour la magie, et ceux depuis son plus jeune age. Padern tourna une nouvelle page, et fut surpris d'y voir son père y poser, devant une carcasse d'un ours particulièrement imposant, le fusil au bras. Alors il l'avait finalement abattue, cet horrible créature qui avait faillit le tuer lorsqu'il était petit, et qui avait développé en lui une peur panique des ours. Avec un nouveau sourire il tourna les pages, les unes après les autres, véritable rétrospective de sa propre vie. Il se revit monter dans le Poudlard express pour la première fois, il se revit poser auprès de son plus cher ami Malcolm, fils comme lui d'une famille de riche sorciers au sang pur, fils comme lui de noble. Il se revit en vacances, a s'entrainer aux courbettes avec son fidèle elfe de maison aujourd'hui disparu...

    Le vent souffla la bougie du bureau, laissant Padern dans l'obscurité la plus totale. Le laissant réfléchir a sa vie. Il sentait sous ses doigts les pages suivantes laissés libres. Une vie familiale brusquement stoppé. Padern eu alors la vision des corps mutilés de ses parents, il se souvint de sa réaction a ce moment là. La sueur froide qui lui avait coulé le long du dos, avant de finalement prendre la fuite au travers de toute l'Europe, la rage au ventre et cet inépuisable envie de vengeance aveugle. De toute manière il avait été définitivement renvoyé de l'école pour avoir tué accidentellement un professeur... Il eut alors un goût amer dans la bouche. Toutes ses années gâchées, à fuir sa propre réalité. A se cacher derrière cette arrogance qui finalement ne lui apportait rien. Avec un soupire il ferma la fenêtre et sortit de la pièce. Il sortit et descendit jusqu'au rez-de-chaussé. Il jeta un regard a la salle complètement vide du restaurant qu'il avait ouvert. Finalement cette initiative lui avait permis de se créer un nom, une place dans cette société. Il n'avait pas de diplômes après tout. Il ramassa un journal qui trainait par terre et le déplia. Il appartenait à Renate Dowe, son amie depuis longtemps, avec qui il échangeait au début de vieux ouvrages de magie précieux, avant qu'il ne s'enrôle sous ses conseil chez les mangemorts. Non pas qu'il ai eu envie a cette époque de servir les dessins de qui que se soit, non, il voulait juste s'approcher au plus près des sources de magie noir pour en apprendre plus, et qui sait, peut être découvrir la vérité sur le meurtre de ses parents. Mais rien, il n'apprit rien, du moins jusqu'à ce qu'il apprenne de la bouche pestilentielle de Greyback qu'il savait quelque chose. S'en était suivit un combat, un combat dont Padern sortit victorieux, malheureusement... Oui, car a cause de cette victoire, Padern s'était vu punir par le Lord : il ne pouvait plus quitter son château, sa baguette lui avait été prise, et il avait obligation de nourrir chaque mangemort qui se présenterais dans son restaurant. Il devenait le cantinier de l'armée de l'ombre... C'était dégradant. En plus de cela il fallait rajouter la perte de sa colocataire, apparemment éprise par Greyback, lui en voulant a mort d'avoir mis fin à ses jours. Le voilà donc coincé pour le reste de ses jours apparemment dans son propre château, privé des seuls choses qui lui donnaient un peu de plaisir : sa baguette et sa liberté...

    Et forcément, privé de liberté, Padern était devenu quelqu'un de particulièrement sarcastique. On avait pas à se jouer de lui ainsi. Un jour il irait reprendre sa liberté. Aux diable les mangemorts, son cœur n'y était plus depuis longtemps, oui, il aurait sa vengeance. Cette idée le fit grandement sourire, il n'avait pas besoin de sa baguette, il était le meilleur en illusion, et cela lui pouvait être grandement utile. Oui, il connaissait tout type de magie, donc certaines puissantes se passant bien de baguette. Il sourit de nouveau en rajustant machinalement une chaise sous l'une des tables. Une boule de poils jaillit alors de sous la table en faillant : Brownie l'horrible chat agressif qui avait élu domicile dans le château. Il lui tenait compagnie ses derniers temps. Padern pénétra dans la cuisine après un bref regard a sa montre, il était l'heure de se mettre au travail. Et quand on est seul pour faire tourner un restaurant, depuis les cuisine jusqu'au service, il y en avait du travail a fournir... Il avait reprit un peu espoir, suffisamment en tout cas pour tenir cette journée. Lockerbie tenait au jour le jour, loin de tous le tumulte extérieur. Oui, il retrouva le peu de courage qui l'avait caractérisé jusqu'alors. Il avait connu tellement plus d'épreuves que la plus part des gens. Cela l'avait fortement endurcit, il n'avait plus peur de la mort. Non, l'une des peurs qui le maintenait dans la limite de la conscience c'était volatilisée. Cela prendrait le temps, mais il allait se préparer a combattre. En attendant, il savait si bien faire semblant d'être un autre. Il allait se préparer. Un éclat de rire trancha l'atmosphère lourde et froide de la pièce. Peut être sombrait il déjà dans la folie? Il se mis a chanter tout bas «Un deux trois allons au combat, quatre cinq six, mourir aux supplices... »

    Il ne faut jamais oublier que le soleil vient après la pluie...

_________________

Parfois, les murs d'une demeure sont plus chaud que le coeur de certains hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titnuage.deviantart.com
Padern Lockerbie
Mangemort | Waiter Pliiiiiiiiz !
avatar

Date d'inscription : 20/01/2008
Féminin Nombre de messages : 361
Age : 28
Localisation : non, j'suis pas là!
Humeur : entre dans une douce folie
Animal de compagnie : un (toussotement) chat : Brownie

.:. Feuille du sorcier .:.
Camp: Mangemort
Patronus: Un corbeau
Relationships:
MessageSujet: Re: Padern Lockerbie   Ven 21 Aoû - 18:28

Et a l'occasion de la nouvelle saison,
j'ai tous refait a neuf :

*la liste de mes sujets

*mes liens

*mon journal intime

_________________

Parfois, les murs d'une demeure sont plus chaud que le coeur de certains hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titnuage.deviantart.com
 
Padern Lockerbie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre Bien et Mal - Saison 3 :: -{ Entrée du Monde Magique :: #. Registres du Ministère-
Sauter vers: