Y a-t-il une lueur d'espoir dans ce monde chaotique ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les meilleurs ennemis du monde [PV Nixy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Padern Lockerbie
Mangemort | Waiter Pliiiiiiiiz !
avatar

Date d'inscription : 20/01/2008
Féminin Nombre de messages : 361
Age : 28
Localisation : non, j'suis pas là!
Humeur : entre dans une douce folie
Animal de compagnie : un (toussotement) chat : Brownie

.:. Feuille du sorcier .:.
Camp: Mangemort
Patronus: Un corbeau
Relationships:
MessageSujet: Les meilleurs ennemis du monde [PV Nixy]   Sam 28 Fév - 21:18

Padern claqua la porte avec force et mauvaise humeur. Les heures passés dans l'antre de son maître avaient étés des plus pénibles, tout comme la sentence qui venait ainsi de tomber, après plusieurs interminables heures suspendue au dessus de sa tête telle une épée de damoclès. Il prit appui quelques minutes contre la porte, écoutant le silence religieux qui flottait dans la grande pièce sombre qui lui servait d'entrée. Ses yeux se promenèrent un court instant sur le large escalier, avant de se cloturer. Alors la scène de son humiliation lui revint en mémoire. Si précise qu'elle semblait se reproduire sous ses yeux. Il se vit de nouveau remettre sa baguette aux mains de Voldemort, être dépossedé ainsi du seul objet qui le différencier d'être moldu, ou des cracmol.. Être ainsi rabaissé au rang d'un cracmol??! Non, bien sur ce n'était pas là la seule contrainte qu'on lui avait ajouté. Cela aurait été bien peu cher payé. Non, en plus de cela, Lockerbie devait rester cloitrer dans ses appartement. En aucun cas il ne devait être prit a se promener hors de sa propriété. Faire tourner son restaurant, et se tenir a disposition des mangemort affamés. Voila ses deux seules options à l'avenir.

Il soupira et souleva doucement les paupières. Après tout, il n'avais qu'à positiver, lui qui rêvé de laisser son rôle de mangemort de coté pour pouvoir s'adonner a plein temps à son restaurant. Voila chose faite. Quand a sa baguette, en dehors de l'humiliation que sa confiscation avait provoqué, elle n'avait pas non plus une grande importance. Les nombreux voyages de jeunesse de l'homme lui avaient apprit a pratiquer toute sorte de magies. Des magies qui n'avaient pas toutes besoin de baguette. Un léger sourire s'afficha alors sur son visage blafard : une possibilité de s'en sortir venait de s'offrir à lui. Telle une aube au dessus des montagnes annoncerait le lever du jour et la fin d'une nuit de peur. Il se releva alors et se dirigea lentement vers l'escalier, après un bref coup d'œil circulaire dans la piece. Un tel silence, ce n'était pas habituel...

Les elfes de maisons auraient déjà due être au travail... Pourtant, aucun brut ne s'élevait de la cuisine. Une soudaine vague d'inquiétude s'empara alors du cuisiner. Il accéléra le pas, montant directement au premier, quatre marches par quatre marches. Il traversa le couloir comme une flèche avant de finalement s'arrêter devant une porte. La chambre qu'avaient choisis d'occuper ses petits aides. Il la poussa lentement, faisant grincer les jointures, le cœur martelant ses cotes comme les sabots d'un troupeau de buffle auraient martelés une plaine. La porte fini par s'ouvrir entièrement, découvrant une pièce impeccable de propreté, et particulièrement vide. Mais où diable avaient ils puent tous passé? Non, personne n'aurait eu l'idée de leur faire du mal, personne à part Fenrir Greyback.... Padern se frappa brusquement le front. Fenrir Greyback n'était plus de ce monde, l'angoisse qu'il éprouvait à l'idée de découvrir ses petits elfes morts lui faisait parfaitement perdre la tête... Il fit quelques pas dans la pièce, passa derrière le lit, désespéré de ne toujours rien trouver. C'est alors qu'il entendit de très légers bruits.

Il posa avec force de précaution un premier genoux à terre, puis un second, avant de faire basculer doucement son buste en entier, une joue contre le sol, le regard plongé sous la pénombre du lit. Ses yeux pas encore accommodés distinguèrent quelques sombres silhouettes tremblantes. Et soudainement toute son angoisse fut balayée. Ses elfes étaient là, cachés sous un lit, sans raison apparente certes, mais ils étaient là. Le jeune homme glissa alors sa main sous le lit, et la referma sur la première cheville qu'il rencontra, avant de tirer pour en sortir l'une des créatures. Il remarqua alors à quel point l'elfe semblait tétanisée. Il le lacha et l'aida a se remettre sur pieds, avant de lui relever la tête, un doigt sous son petit menton.

-Que diable faites vous sous ce lit au lieux de travailler en cuisine?
-C'est que
, continua une petite voix aigue en provenance de sous le lit alors que l'elfe a découvert continuait de trembler, Vous ne rentriez pas, et des hommes sont passés, on a crue qu'il vous était arrivé quelque chose...
-Et bien c'était le cas. mais je suis là a présent, alors sortez de là et retournez a vos postes, midi approche.


Bien que midi soit passé depuis plusieurs heures, les petits elfes sortirent les uns après les autres de sous le lit, partant en file indienne jusqu'à la cuisine. Padern attendit d'avoir entendu les derniers pas dans l'escalier avant de se redresser et de sortir a son tour, après avoir tiré la porte derrière lui, sans la verrouiller, de manière à ce que les occupant de cette chambre n'ai aucun mal à y retourner sans pour autant atteindre la poignée. Il resta sur le seuil quelques secondes, les yeux tournées vers la chambre de Nixy. Il s'en approchat et toqua doucement. Il ne savait pas ce qui pouvait bien le pousser à se rendre là bas, à aller la voir, mais il ne s'en empécha pas. Aucunes réponses. Il réitéra son action, qui une nouvelle fois resta sans réponse. Interloqué il tenta d'ouvrir la porte, mais elle était verrouillée. Où Nixy avait elle bien pue passer elle aussi? Pourquoi aujourd'hui n'arrivait il pas a trouver ce qu'il cherche du premier coup?

Il soupira une nouvelle fois et abdiqua. Pas question cette fois de s'allonger une nouvelle fois sur le sol pour y chercher quelqu'un. De plus il sentit pour la première fois depuis très longtemps la subite envie, non, le besoin plutôt, d'aller s'allonger, de se laisser sombrer dans l'inconscience du sommeil, pour tirer plus rapidement un trait sur cette journée des plus pénibles. Il tourna donc sans regret à la chambre vide de Nixy, et alla rejoindre ses appartement rivé. Il ferma la porte derrière lui, mais ne bascula pas le loquet, qui viendrait le déranger puisque le chateau se trouve être vide d'être humain, a part lui. Sur cette constatation des plus consternantes, il se laissa choir sur son lit. De toute manière ça serait toujours le cas a partir d'aujourd'hui, il sera seul la plus grande partie du temps. Il desserra le col de sa chemise, ouvrant la plus part des boutons jusqu'à la moitié de l'abdomen, mais resta assit, à fixer par la fenêtre, l'extérieur était baigné de lumière, une lumière jaune comme de l'or...

soudainement il se sentit alors comme un condamné à mort devant son dernier repas. Oui, ce soleil semblait l'appeler, tout specialement lui. Il aura bien le temps, par la suite, de rester seul, triste enfermé dans sa chambre. Oui, il aura dorénavant toute sa vie, à moins bien sur que Voldemort n'en décide autrement en modifiant les modalités de sa sentence. Padern se releva doucement, prit de cette envie fulgurante d'aller dans son parc dont l'entretient lui prenait plus de temps que ne lui prenait le plaisir de s'y promener. Il se leva et y déscendit, quittant la pénombre de son antre, reflétant la léthargie de son cœur, reflétant la tristesse qu'il éprouvait en ce moment même au plus profond de lui. Au premier pas posé à l'extérieur, dans cette lumière quasi surnaturelle, il sembla revivre, oubliant tout. Rien, il ne pensait plus a rien. A rien d'autre qu'au plaisir de sentir enfin un peu de soleil sur sa peau, après ses longs mois d'hiver.

Ses yeux clairs et fragiles durent même se plisser lorsqu'il regarda a l'entrée de son domène, d'ou il venait d'entendre s'élever le son du portail en train de s'ouvrir. Une silhouette s'approcha alors à pas rapides. Mais il n'eut pas le temps de la reconnaitre.

_________________

Parfois, les murs d'une demeure sont plus chaud que le coeur de certains hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titnuage.deviantart.com
Katherine Nixy Parker
Mangemort || Loup-garou, Garce narcissique & prétentieuse
avatar

Date d'inscription : 10/03/2008
Féminin Nombre de messages : 143
Age : 25
Localisation : Partout, au bon endroit, au bon moment
Humeur : Massacrante
Animal de compagnie : Un serpent : Zalasard

.:. Feuille du sorcier .:.
Camp: Mal
Patronus: Martre
Relationships:
MessageSujet: Re: Les meilleurs ennemis du monde [PV Nixy]   Dim 8 Mar - 20:53

Nixy s’était levée avec une boule à l’estomac ce matin-là. Elle savait que quelque chose de pas bien allait se passer. Elle ne s’attarda pas plus sur ce mauvais pressentiment et alla travailler un moment.
Vers dix heures quand elle est rentrée, elle se changea, elle enfila une chemise rouge qu’elle laissa ouvert de trois boutons en haut et laissa apercevoir son nombril en bas, elle portait un slim noir avec des bottes gris foncées avec des talons aiguilles comme à son habitude. Ensuite elle se coucha pendant une trentaine de minutes.

A dix heures cinquante-deux très précisément, elle sentit comme un malaise et elle sortit prendre un peu l’air. Elle passa chez Greyback pour voir si tout allait bien, mais il n’était pas là. Elle se posa un moment sur son lit et regarda la chambre, elle se remémorait la scène de la veille. Ces images la firent sourire, un sourire avec une petite touche de perversité et d’envie. Mais elle attendu deux heures et demie, mais personne ne vint. Elle décida alors de retourner au château mais elle fit un grand détour par le château du maître, histoire de « passer dire bonjour ». Et à son grand étonnement, le maître lui annonça une nouvelle qui l’a mis hors d’elle. Padern Lockerbie avait assassiné Fenrir Greyback. Elle prit une profonde inspiration, elle n’eut même pas le temps d’être triste et elle rebroussa chemin sans prendre la peine de dire « au revoir ».

Elle traversa la forêt d’un pas pressé, elle arriva dans le parc du château en marchant la plus vite possible, elle finit même par enlever ses chaussures pour marcher plus vite vu que ses talons s’enfonçaient dans le sol. Elle ne remarqua pas Padern qui était dans son jardin. Elle poussa la porte d’entrer qui s’ouvrit dans un éclair comme l’arrivée de Maléfique dans la belle au bois dormant quand elle entre dans la maison de Rose en pleine forêt. Elle prit le temps de remettre ses chaussures et monta les escaliers en tapant des pieds.


- PADERN !

Elle poussa la porte de la chambre qui était entre-ouverte espérant y trouver une personne à moitié morte. Mais non, il n’y avait personne.

- Si j’ai le bonheur de lui tomber dessus, il va savoir se que ça fait de souffrir… J’espère pour lui qu’il est caché au fond d’un trou. Comment peut-il être aussi stupide, Fenrir n’était pas facile à vivre mais quand même pas au point de le tuer !

Elle marcha dans la chambre, elle alla voir dans sa salle de bain, sous le lit. Puis elle sortit sur le balcon. Il avait donc disparut ? C’était mieux pour lui. Elle quitta la pièce et alla dans celle à l’autre bout du couloir qui était sa chambre à elle. Elle y entra, se posa sur son lit deux secondes afin de réfléchir à quel endroit il pouvait bien être. Un moment après, elle entendit un bruit venant de dehors, elle sortit sur son balcon et vit l’assassin entrain de s’occuper de son jardin comme si de rien n’était. Quelque chose bouillonnait en Nixy, ses yeux crachèrent des éclairs rouges sang. Elle tourna les talons et se dépêcha de descendre pour aller dans le jardin !

Arrivée à la porte d’entrée, elle se dirigea vers Padern, le cuisinier n’ayant pas pris plus d’importance à la fusée de tout à l’heure, il avait recommencé à travailler. Elle arriva quelques centimètres du cuisinier. Elle le regarda avec un air de dégout. Elle décida de faire comme si elle ne savait rien.


- Bonjour, ça va ? Qu’est-ce que tu as fait ce matin, je ne t’ai pas vu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lomilende.forum-actif.net
Padern Lockerbie
Mangemort | Waiter Pliiiiiiiiz !
avatar

Date d'inscription : 20/01/2008
Féminin Nombre de messages : 361
Age : 28
Localisation : non, j'suis pas là!
Humeur : entre dans une douce folie
Animal de compagnie : un (toussotement) chat : Brownie

.:. Feuille du sorcier .:.
Camp: Mangemort
Patronus: Un corbeau
Relationships:
MessageSujet: Re: Les meilleurs ennemis du monde [PV Nixy]   Jeu 12 Mar - 17:31

La silhouette noir continua sa route, passant à quelques mètres de lui sans même noter sa présence, et entra furieusement dans le château en claquant des tallons. Padern, qui commençait à être habitué à la mauvaise humeur assassine de l'étrange femme qui avait élu domicile chez lui, se dit simplement qu'un client avait due la draguer a son travail, et se pencha sur le rosier rond qui lui faisait face, remarquant subitement le premier bouton vert clair, tranchant aux milieux des feuilles foncés usées par l'hiver. Il sourit alors faiblement en plissant les yeux, tentant de visualise l'aspect qu'aurait son jardin aux jours les plus chauds du printemps. Des pâquerettes parsèmeraient tout le gazon de manière irrégulière, donnant une tout nouveau caractère a ce jardin à l'anglaise. Peut être les laisserait il poussé cette année pourquoi pas, conférant ainsi a ce chateau immuable un petit aspect sauvage, dépaysant peut être pour les clients les plus chevronnés. Mais les choses étaient destinées à changer à une vitesse folle.

Padern s'éloigna de quelques pas du rosier, orientant sont visage une nouvelle fois vers le soleil, sentant ses rayons chauds sur les quelques espaces de peau libres laissés par les couches de vêtements. Il aurait tout le temps par la suite de repenser à toutes ses proposition d'aménagement du paysage, il pourrait même en trouver d'autres pourquoi pas. C'était un réel plaisir de s'occuper de tout ça. Le jeune homme eut alors une petite pensée à tous les autres châtelains qu'il lui avait été donné de rencontré, ainsi qu'aux autres nobles procédant une propriété de valeurs. Aucun d'entre eux ne s'occupaient de la maintenance, se contentant d'aligner les chèques pour engager de nouvelles mains. Ils ne faisaient rien, laissant chaque petit travail a leurs employés. Certains engagés même des conseillés pour se débarrasser de leur rôle de supervisassion. Ils vivaient simplement dans ses décors, n'y participant pas. Certes les résultats étaient très beaux, et ils récoltaient les compliments de leurs invités... Mais où était le mérite? Padern n'avait pas les mêmes valeurs qu'eux. Mais peut être que si son éducation avait été complete, il aurait aussi fainéant qu'eux.

Alors on en revenait au même point que ce matin. cette frustration inutile et intemporelle. On lui avit enlevé ses parents, on lui avait détruit sa vie avant même qu'elle ai eu le temps de se construire. Et après? Il n'y pouvait plus rien, et Fenrir était déjà mort à cause de ça. Oui, il fallait qu'il apprenne a faire un trait définitif sur tout ça. Il était le seul maître a bord de sa vie, et cela avait toujours été le cas. les quelques brides de sa mémoire du passé ne lui permettait pas de dire si la disparition de ses parents aurait de lui un homme bien ou non. Alors qu'il décida de ne plus penser à cette sombre question, un grand bruit survint depuis le hall, suivit de claquement de tallons. Katherine revenait, toujours aussi énervée apparemment. Peut être que Padern aurait due mieux étudier l'attitude de la fusée avant d'en tirer des conclusions... Mais là il était déjà trop tard, elle s'approchait de lui à grands pas nerveux. Alors stupidement, il se replongea sur son massif, et fit semblant de l'étudier, comme pour se donner un prétexte.

Il entendis ses pas se tromper dans son dos, et son regard glaciale se ficher dans son dos, au niveau de la jonction entre son crâne et sa colonne vertébrale, comme si elle avait cherché à lui broyer les cervicale a la seule force de ses yeux. Et Padern s'était manifestement trompé sur les intentions de Katherine, elle était réellement remonté contre lui, et pas contre un quelconque client de son lieu de travail. Il prit alors une longue inspiration, son cœur ralentissant son rythme, comme si tout son être se préparait à un affrontement digne des plus grandes batailles guerrières. Il se retourna alors lentement, se redressant à moitié, le regard particulièrement inexpressif. Alors dès es premiers instants, il repéra le regard rageur, bouillant qui habitait les yeux de la jeune femme. Une agressivité volontaire et violente s'émanait d'elle. Mais Padern ne chercha pas a en savoir plus sur la cause. Elle avait certainement due apprendre quelque chose par rapport à l'affrontement entre "ces deux hommes" et avait très certainement choisis son camp. Et visiblement, c'était celui des opprimés. Ce regard en disait long, elle avait en face de lui un assassin.

Bien sur c'était loin de la vérité, mais le maître des lieux n'avait aucunement l'intention de se justifier sur quelque sujet que se soit. Alors il ne dit rien, et de toute manière, même si ses projets avaient étés différents, Katherine ne lui laissa pas le temps de penser à ne serait ce qu'un début de phrase. Et sa réaction fut bien loin une nouvelle fois de ce a quoi s'attendait Padern. Alors qu'en voyant la bouche de la jeune femme s'ouvrait, il s'attendait a une envolée d'agressivité, à l'image de son regard, mais au contraire, une phrase toute banale, sans aucun intérêt, sortit à la place, sur le ton d'une conversation normale entre deux personnes civilisés, quoi que le ton était quelque peu froid. Elle demanda simplement à son interlocuteur si il avait passé une bonne journée. Il resta bouche bée devant ce retournement de situation, avant de se reprendre. Si elle voulait feindre celle qui ne sait rien, elle venait de se trouver un adversaire à sa taille. Il eu un bref sourire franc, avant d'articuler clairement, sur un ton assez léger, les mots suivants :


-Oh oui, ce matin, j'avais une mission pour le maître, et tu sais ce que c'est, une fois qu'on est dedans on ne peut plus en sortir. ça m'a prit un peu plus de temps que prévu. Et toi, d'où viens tu?

Oui bien sur, il ne chercher qu'à la pousser à bout, à lui faire avouer qu'elle savait, pour qu'enfin la bataille pour laquelle il s'était préparé démarre. C'était bas, mais d'une manière générale, Padern ne chercher pas à provoquer la subtilité. Il cherchait les ennuis, peut être même a pousser la jeune femme dans ses plus profonds retranchements, qu'elle déménage, pour qu'enfin il récupère son empire dans sa totalité. Son empire sera alors sa forteresse de solitude.

_________________

Parfois, les murs d'une demeure sont plus chaud que le coeur de certains hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titnuage.deviantart.com
Katherine Nixy Parker
Mangemort || Loup-garou, Garce narcissique & prétentieuse
avatar

Date d'inscription : 10/03/2008
Féminin Nombre de messages : 143
Age : 25
Localisation : Partout, au bon endroit, au bon moment
Humeur : Massacrante
Animal de compagnie : Un serpent : Zalasard

.:. Feuille du sorcier .:.
Camp: Mal
Patronus: Martre
Relationships:
MessageSujet: Re: Les meilleurs ennemis du monde [PV Nixy]   Mer 22 Juil - 22:02

Nixy écouta le tissu de mensonges de Padern et répondit à sa question.

- Moi, je viens de chez Voldemort, et il vient de m’annoncer quelque chose de très, comment dire, étonnant ou peut-être même choquant ou plutôt inattendue, je ne sais pas quels adjectifs convient le mieux à la connerie que tu viens de faire !

Elle lui adressa un sourire vague ne voulant pas dire grand-chose et continua son long discours en essayant de ne pas sortir de ses gonds.

- J’ai entendu dire que tu avais assassiné Greyback ? C’est une plaisanterie ? Enfin sur le moment, c’est ce que je croyais, mais je suis vite revenue à la réalité. Tu sais que tu es vraiment stupide ?
Tu dois être entrain de te dire que l'insupportable Nixy va partir de chez toi et te laisser seul dans ton immense château ! Et bien non, chéri, tu te fous le doigt dans l’œil. Je vais rester chez toi, l’ambiance sera juste un tout petit tendue mais de toute manière je n’ai nulle part où aller alors je préfère rester dans ce magnifique château d’où tu ne peux plus sortir !


Elle se dit qu’elle allait tourner les talons et rentrer au château laissant le propriétaire des lieux à sa besogne mais non, elle continua se demandant comment il allait faire sans sa baguette magique… Mais elle eut une sorte d’illumination, il avait tellement de bouquins différents sur pleins de sortes de magies différentes que pour lui ça ne serait pas difficile de faire sans baguette. Elle le fixa droit dans les yeux comme si elle lui lançait un défit.

- Oh et la magie sans ta baguette, ce n’est pas un gros problème pour toi n’est-ce pas ? C’est tellement simple d’apprendre dans les livres. Mais à ce jeu là, je me demande qui est le plus doué, toi ou moi … elle leva les yeux au ciel En attendant j’attends de voir comment tu te débrouilleras sans ton bout de bois. Mais pour Fenrir je ne t’en veux pas, pourquoi s’arrêter là-dessus, le Seigneur des Ténèbres trouvera bien un moyen de le ramener et s’il ne le fait pas, je m’en chargerais je suis sure qu’il y a pleins de livres sur la nécromancie que je n’ai pas encore lu dans ta bibliothèque, mais ce n’est qu’une question de temps…

Elle lui adressa un petit sourire et n’attendit pas de réaction, elle tourna les talons se dirigeant vers le château, mais elle réfléchit et se posa une petite question, stupide, certes, mais sans réponse. Alors elle fit demi-tour.

- Juste comme ça en passant, pourquoi tu l’as tué ? Il était peut-être excédant de temps en temps et chiant tout le temps, mais vos petits différents mettaient un peu de piments dans vos vies non ? Qu’est-ce qu’il a bien pu faire ou dire pour arriver à te pousser à bout ?

Elle attendit une réponse bien que presque persuadée que le cuisinier l’enverrait chier. Alors elle réfléchit à la seule chose qui peut pousser Padern à bout. Elle trouva.

- Il a parlé du meurtre de tes parents, c’est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lomilende.forum-actif.net
Padern Lockerbie
Mangemort | Waiter Pliiiiiiiiz !
avatar

Date d'inscription : 20/01/2008
Féminin Nombre de messages : 361
Age : 28
Localisation : non, j'suis pas là!
Humeur : entre dans une douce folie
Animal de compagnie : un (toussotement) chat : Brownie

.:. Feuille du sorcier .:.
Camp: Mangemort
Patronus: Un corbeau
Relationships:
MessageSujet: Re: Les meilleurs ennemis du monde [PV Nixy]   Mer 22 Juil - 22:48

Mais a quoi s'attendait il? A une conversation d'adulte? Bien sur que non, il aurait du se douter que Katherine en aurait été incapable. Et pourtant il aurait voulu y croire, a ces quelques mots échangés avant qu'il ne se remette a son travail. Qu'est ce qui l'avait prit d'avoir voulu tout a coup lui faire avouer qu'elle savait tout? N'aurait il put pas la laisser faire comme si de rien était, encore quelques minutes, pourquoi pas des heures? Il aurait put tranquillement continuer sa route, sans avoir a s'inquiéter d'une joute verbale. Mais non, il lui avait retourné sa question, il était allé chercher le diable dans sa propre tanière. Bien sur que Katherine allait exploser, comment pouvait elle faire d'autre? Puisque c'était très exactement ce que Padern attendait d'elle? Il ne restait plus qu'à s'y préparer. Padern regarda ce visage, il vit les muscles de sa machoire se desserrés, et se demanda soudainement si il était toujours capable, comme lorsqu'il était au collège, de faire semblant d'écouter une personne, de voir ses levres bouger, sans pour autant entendre ses mots. Bien sur que non, et il était déjà trop tard, Katherine avait commencé a parler.

Evidemment, elle lui avoua arriver tout droit de chez Voldemort, ce qui étonna tout de même légèrement Padern : laissait il donc n'importe quel mangemort accéder a la demeure privée de leur seigneur? Enfin, ce n'était pas là le sujet principale dont il devait se préoccuper. Elle continua, annoncant qu'elle savait tout, que le maître lui même le lui avait dit. Après tout, Voldemort avait peut être convoqué expréssément Katherine, ayant entendu quelque part a quel point elle avait pue être proche de ce clepse a présent décédé. Ou alors peut être qu'elle revenait tout simplement faire un rapport de mission... Le voila qui s'éloignait encore... Il ne répondit pas a Katherine, de toute manière elle ne lui en laisserais pas le temps, mais il se contenta de penser dans son coin "une connerie? A part toi qui dira vraiment que tuer Greyback est une connerie?". Il la vit sourire vaguement, étrange comportement dans une telle situation. Son regard glissa le long de son visage aux joues creuses et fut attiré par un détaille qui dénoté : sur la peau laiteuse de son coup, on pouvait nettement voir une cicatrice, et pas n'importe la quelle, une morsure. Cette fois ci se fut au tour de Padern de sourire, mais intérieurement. Peut être que finalement ces deux là avaient étés encore plus proche qu'il ne l'avait supposé en premier lieux. Elle était devenue lycan elle aussi. Les femmes étaient décidemment prètes a tout par amour...

Katherine n'avait toujours pas fini de vider son sac. Petit a petit le propriétaire des lieux la vit dévier de son propre sujet initiale, a présent, il l'entendit lui parler de sa présence dans son chateau. Elle l'accusait de s'attendre a se qu'elle prenne son sac, ses petites affaires, et qu'elle quitte les lieux sur le chant. A vrai dire Padern n'y avait pas songé un seul instant. Non, jamais il n'avait pensé aux répercutions de ses actes, et cette possible fuite de sa locataire ne lui avait jamais éffleuré l'esprit. A vrai dire il se doutait bien que si elle était apparue dans sa vie comme ça du jour au lendemain sans même prendre la peine de s'annoncer, cela voulait bien dire qu'elle n'avait nul part d'autre ou aller. Il s'était toujours considéré comme le bon gros pigeon de la farce dans cette histoire, et n'avait toujours pas changé de point de vue aujourd'hui. Accablé par le fait que la jeune femme se croit au centre de son intérêt, dans le positif comme dans le négatif, Padern dévia légèrement le regard vers une haie qu'il devait encore tailler de manière rectangulaire. Dans les faits, rien ne l'obligeait a écouter Katherine déblatérer, mais au fond de lui il avait bien conscience qu'il lui devait bien ça. Il venait juste de lui enlever un être cher, sans raisons et sans qu'elle ne s'y attende. Quelque part il s retrouvait dans la position des assassins d ses parents. Mais lui au moins avait le courage de se montrer devant elle, et de l'écouter, avec plus ou moins d'attention selon ces propos.


-Je n'ai jamais eu cette intention Katherine

Dit il d'une voix ferme bien que douce. Mais elle ne l'écouta pas, ou plutôt non, ne l'entendit pas, elle semblait réfléchir a toutes allure, là, planté devant lui. De nouveau un flot compacte et rapides de paroles sortit de sa bouche : elle avait mis le doigt sur quelque chose. Bien sur, Padern pouvait se passer de baguette, il s'en passé d'ailleurs dans certaines taches du quotidien. Bien sur, il avait des livres bourrés de formules sans baguettes, mais elle se trompait, il n'irait pas les lires pour s'en sortir, il les connaissait déjà par cœur. Quand on vit seul, on doit bien se trouver une occupation pour les soirs d'orages, et le cuisinier avait une excellente mémoire. De plus il avait eu l'occasion d'apprendre directement au contacte des populations concernés pendant ces nombreux voyages. Oui, il pouvait très bien se passer de sa baguette, enfin, dans une certaine mesure. Il était au fond de lui conscient qu'il ne ferait pas le poids face a certains sortilèges. Mais il ne voulait pas penser à cela maintenant, oui, il ne voulait aucune mauvaises pensées. Ses yeux s'écarquillèrent lorsqu'il entendit Nixy prétendre pouvoir ramener Fenrir Greyback a la vie. Non, elle se trompait, c'était impossible. Il ne restait absolument plus rien de lui, ou plutôt, la poussière qu'il était devenue avait due se répendre aux quatre coins de la forêt a l'heure qu'il était. Non, elle ne pourrait pas, le maître non plus, quelque soit sa puissance, autrement il l'aurait déjà fait depuis longtemps pour ramener ses plus forts atouts d'entre les morts. Mais où se croyait donc elle? Dans un film pour enfant? La mort était le dernier rampart au quel aucun homme, sorcier ou moldu, ne pouvait s'attaquer. Pas même la nécromancie. Cette science de dégénérés. Il eu un long soupire et regarda la femme dans les yeux avant de lancer, d'une voix attristée et distincte :

-Ma belle, la première fois qu'on s'est vu je t'avais pourtant bien dit ce que je pensé de la nécromancie. Tu n'en trouvera aucun ouvrage ici, ou que tu cherche, à moins que tu n'en ai amenés avec toi.

Il ne continua pas plus loin. Après tout, elle se rendrait bien compte elle même qu'elle n'avait aucun moyen de ramener le vieux loup parmi eux. Et c'était un soulagement pour Padern. Pas qu'il en ai eu peur un jour non, mais depuis le début, il l'avait toujours détesté, et cet idiot avait du le sentir, puisqu'il s'était acharner sur lui tout se temps. Padern ne regrettait en aucuns cas sa mort, elle la démangeait depuis un petit moment. De plus, sans le vouloir, il était parvenue a se faire un nom parmi les mangemorts, il en était certain. Il serait a présent celui qui a lui seul parvint a mettre a terre le grand Fenrir Greyback, la légende. Il mis quelques secondes avant e se rendre compte que Katherine avait déjà tourné es tallons en se dirigeant vers le chateau. Elle n'avait probablement pas entendu sa réponse. Une fois encore... Mais quelque part, ce n'était pas plus mal ainsi. Padern se serait attendu a une plus longue dispute, mais certainement pas a un monologue aussi rapide. Il fit quelques pas en direction du massif qu'il avait repéré un peu plus tôt, mais pas suffisamment pour se mettre hors de portée de Katherine, qui déjà revenait. Quelque part avait changé, dans son visage, et dans le ton de sa voix. Elle se posait des questions, des vrais questions. Padern n'avait pas le droit de l'ignorer, il se devait de lui répondre, il arrêta donc une nouvelle fois ce qu'il était en train de faire et se tourna vers elle. Elle lui demanda pourquoi, pourquoi il s'était permis de faire ça, défendant un Greyback qu'elle aurait presque pue rendre attachant si elle ne s'était pas adressé a l'homme qui l'avait vu sous ses plus mauvais jours. Elle voulait une réponse, une réponse que malheureusement, Pdern n'était pas prète a lui donner. Pourtant elle semblait s'attendre a son refus de coopérer, car déjà, ses yeux s'étaient voilés, perdus sous un tas de réflexions intenses.

- Il a parlé du meurtre de tes parents, c’est ça ?

Jamais Padern ne se serait attendu a ce qu'elle trouve la réponse aussi vite. Peut être le connaissait elle mieux qu'il ne l'avait imaginé. Bien mieux que ce qu'il pensait. Son cœur se serra face a cette réalité que finalement lui même avait refusé de voir. Oui, il avait tué Greyback parce qu'il avait simplement parlé de ses parents. C'était totalement stupide, bien loin du bon vieux réglement de compte a la cowboy. Non, Padern avait été touché dans sa sensibilité pure, dans son ultime tallon d'achille qui semblait bien décidé à le rester. Il ne savait toujours pas la vérité, et c'était ça qui lui faisait le plus mal. Au final, Fenrir avait réussi son dernier coup de poker. Il s'était lui même supprimé, embarquant avec lui l'âme de Padern, qui se retrouvé seul, isolé, inoffensif avec pour seules pensés un mystère toujours entier. Il regarda Katherine avec tristesse. C'était maintenant ou jamais, si il voulait sauver sa tête. Il pouvait toujours mentir, il était très bon à ça. Mais a quoi bon? Il se trouva un compromis assez satisfaisant, s'inventer a lui même des réponses satisfaisantes.

-C'était lui Katherine. Il les avait tué, simplement parce qu'ils avaient refusés de le laisser habiter dans leur forêt. Il était venu le la prendre de force, et ça c'est transformé en bain de sang. Imagine ce qui serait arrivé si jamais j'avais été là? Je devais le faire. Il devait mourir, il a suffisamment fais son temps sur terre.

Il fit une légère pose, l'air grave sur le visage. Il était temps de contre attaqué :

-Il était temps qu'il laisse sa place a un nouveau lycan. Après tout, il t'a choisis pour prendre sa place tu ne crois pas?

_________________

Parfois, les murs d'une demeure sont plus chaud que le coeur de certains hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titnuage.deviantart.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les meilleurs ennemis du monde [PV Nixy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les meilleurs ennemis du monde [PV Nixy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Votre top 3 des meilleurs buteurs
» [En cours~] "Les poneys, c'est genre les meilleurs animaux au monde !"
» Pour dompter le monde, il faut d'abord apprivoisé ses ennemis
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre Bien et Mal - Saison 3 :: -{ Autres lieux :: #. Villages sorciers :: [ Autres habitations ] :: Château de Padern Lockerbie-
Sauter vers: